Bulletin fin d’année 2020 – Mot du Secrétaire général

17 décembre 2020 - Opinion

Bilan général de l’exercice 2020 :

L’année qui s’achève se sera déroulée quasi entièrement sous le couvert des restrictions liées au COVID-19, sous réserve de quelques semaines courant de l’été pendant lesquelles nous avons pu penser retrouver une vie à peu près normale sur le plan privé et professionnel. Avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui… Les éléments essentiels à gérer étant l’absence complète de visibilité, des activités à reporter, et des événements à supprimer même à très bref délai. Nous vivons sous la menace permanente de quarantaines susceptibles de mettre en péril notre organisation, voire d’un éventuel confinement général de fin d’année qui constituerait évidemment la touche finale d’un exercice complètement pourri par des événements indépendants de notre volonté.

Au niveau du secrétariat UPIAV :

Nous nous sommes efforcés de gérer au mieux les conséquences administratives du COVID-19, qui ont eu tendance à évoluer et à se mettre en place au fur et à mesure des Ordonnances et Directives fédérales et cantonales. Ont été gérés les RHT, les APG et les crédits sans intérêts proposés par les banques. Il a également été question de l’applicabilité des art. 59 et 61 du Règlement SIA 118 ainsi que des conséquences du Covid sur les coûts de construction. Les mandataires se sont trouvés pris entre des entreprises présentant des factures supplémentaires et des maîtres d’ouvrage tendant à limiter les surcoûts du projet. Cas par cas, des solutions à l’amiable ont été mises en place et l’UPIAV a encouragé la négociation plutôt que le litige. Par ailleurs, le secrétariat a pu terminer la mise en place de notre nouveau site et réorganiser toute la communication en fonction de ce nouvel outil. La gestion du site est maintenue assurée par le secrétariat de même que celles des Newsletters qui sont venues remplacer notre ancien Bulletin. Depuis le début de l’année, nous communiquons également par l’intermédiaire de LinkedIn. Le secrétariat de l’UPIAV a su bien s’adapter à cette situation.

Le Comité de l’UPIAV :

Celui-ci s’est efforcé de répondre à toutes les contraintes engendrées par le Covid, tout en faisant passer un message essentiel, en ce sens qu’il faut continuer la planification et ne pas interrompre les mandats, du côté des maîtres d’ouvrage. Ce message a été transmis auprès des communes lors de rencontres avec l’UCV. Il a été transmis au Canton lors de rencontres avec ses représentants (Mme Gorrite, MM Broulis, Pont, Ventura, Bays). Il a été diffusé par presse (24heures du 3 avril 2020). Du côté des cantons, il a été confirmé qu’il n’y a pas de restrictions budgétaires à bref délai. La situation pouvant changer à moyen terme en fonction des rentrées fiscales qui vont tendre à diminuer. Cette dernière crainte est davantage présente dans la réponse des communes, déjà  en prise avec des difficultés découlant de la péréquation et qui craignent en plus une diminution des rentrées fiscales. Cela étant, les membres du comité, comme les bureaux UPIAV savent tous que le 1er semestre 2021 risque d’être compliqué avec le contre coup du confinement du printemps.

Activités UPIAV :

Celles-ci ont été considérablement contrariées par les impératifs liés au Covid. L’assemblée générale s’est déroulée digitalement. Les propositions de rencontre permettant de communiquer entre membres ont dû être reportées. Toute la politique de communication de l’UPIAV est perturbée. Le voyage annuel a été annulé. Le Salon des Métiers, qui est un événement important de fin d’année a également été annulé. Pour les prochains mois, l’accent va être mis sur tout ce qui peut se dérouler par videoconférence et par télétravail, conformément aux instructions fournies par les autorités fédérales et cantonales. Dans la mesure du possible, il y aura lieu d’éviter, à tout prix serait-on tentés d’écrire, un nouveau confinement général qui affecterait l’entier du tissu économique.

Législation en matière de marchés publics :

Viennent d’être mis en consultation les projets d’Accord intercantonal sur les marchés publics (AIMP) et de Loi cantonale sur les marchés publics (LMP), qui viennent compléter la Loi fédérale sur les marchés publics, entrant en vigueur le 1er janvier 2021. Se terminera ainsi le processus de coordination des textes applicables en matière de marchés publics tel que voulu par le législateur. Nous sommes parvenus à introduire dans la Loi fédérale les nouveaux paradigmes concernant le poids du prix, le développement durable, l’élimination des offres trop basses, le maintien du lieu d’exécution pour les conditions sociales. Ces nouveaux principes se retrouvent dans l’AIMP révisé, qui est une copie quasi conforme de la Loi fédérale avec quelques adaptations qui tiennent au fait que celui-ci  va gérer le niveau cantonal et communal des marchés publics. L’essentiel des règles va se retrouver dans l’AIMP. Et dans la loi cantonale, qui devient plus succincte, mais qui intègre les Conventions collectives de travail à force étendue. Ce qui conduit à un résultat conforme à ce que nous espérions lorsque nous avons commencé à intervenir au niveau fédéral. Les règlements SIA 102, 103 et 108 ayant disparus, de même que les tarifs KBOB, notre CCT se retrouve comme élément principal permettant d’évaluer ce qui est correct au niveau des prix dans les marchés publics en particulier.

Perspectives d’avenir.

L’année prochaine sera l’occasion de célébrer les 50 ans d’existence de l’UPIAV. Le comité et le secrétariat commencent à y réfléchir. Il semble acquis que nous aurons d’une part une Assemblée général cas échéant virtuelle en fonction de la situation Covid, provisoirement fixée au 17 juin 2021. Celle-ci permettra de régler à tout le moins les questions statutaires. Et d’autre part, une fête destinée à marquer cet événement qui se déroulera début septembre 2021, en espérant qu’on ait pu sortir des contingences liées au Covid avec l’arrivée des vaccins d’ici là.

Nous comptons par ailleurs reprendre progressivement notre politique de communication, que nous étions en voie de moderniser et qui a été stoppée par le Covid. Nous envisageons des rencontres du type 5 à 7, apéritifs dînatoires et conférences en vue de renouer le dialogue entre membres et avec les collectivités. Tout cela dépendant évidemment de l’évolution de la situation sanitaire.

Nous considérons qu’il faudra appuyer la dématérialisation des dossiers et procédures et la numérisation de nos activités. C’est la seule manière de franchir plus commodément les futurs virus, en espérant qu’il n’y en ait pas un par année. Le travail à domicile a été « imposé partout où il est possible » par le Canton. C’est ce que les juristes appellent une notion juridiquement indéterminée. Cela étant, c’est la direction qu’il faut suivre. Mais l’UPIAV a eu l’occasion de souligner également qu’une partie des activités administratives des collectivités nécessitent du présentiel. Notamment pour que les mises à l’enquête, les préavis CAMAC,  les décisions cantonales en vue de la construction puissent continuer à se dérouler ou à se prendre.

Dans l’intervalle,  et après un exercice stressant pour toutes et tous, nous pensons que nous méritons un peu de repos, à l’occasion de ces Fêtes de fin d’année qui se rapprochent ! Apparemment, pas de Père Noël, pas de restaurant, à moins que M. Berset change d’avis, mais des fêtes en famille pleine de bonne humeur et un début d’exercice 2021 plein d’enthousiasme! C’est tout ce que nous vous souhaitons et c’est déjà pas mal…

Philippe Vogel, Secrétaire général UPIAV