Cet email n'est pas lisible ?

Afficher le bulletin
dans votre navigateur››

Version imprimable Pdf››

UPIAV
Bulletin d'information

Juin 2017

 

23

Chers membres, voici l'édition printanière de votre bulletin d'information.

La 46ème édition de notre assemblée générale se déroulera le 15 juin à la Fondation de l'Hermitage, Lausanne. Outre la partie statutaire, une visite privée et commentée de l'exposition "Chefs-d'oeuvre de la collection Bührle" est au programme.


La version imprimable PDF du bulletin est disponible ici >>

parlement vaudois - safe host Gland

Vous pourrez lire dans ce bulletin les rapports annuels de notre Président, Bernard Krieg et de notre secrétaire général, Philippe Vogel. Tous deux évoquant les nombreuses activités ayant occupé l'association, son comité et ses membres au cours de l’année écoulée.

Egalement au sommaire, le détail du programme de notre 46ème assemblée générale, l'état de notre comité et un rappel sur les actions de soutiens et prix UPIAV destinées aux jeunes en formation.

Finalement, un compte rendu de notre dernière visite UPIAV sur le site du nouveau parlement vaudois, quelques annonces pour occuper, si besoin est, vos heures de loisirs et une courte présentation du chantier "Safe Host" à Gland en collaboration avec le bureau Weinmann Energies. Bonne lecture !

Sommaire du bulletin

RAPPORT DU PRÉSIDENT, Bernard Krieg
Rapport du Secrétaire Général, Philippe Vogel
Derniers sujets d'actualitÉ
DANS LA PRESSE
VISITE DES LIEUX DE POUVOIR VAUDOIS
Prochaines VisiteS de chantierS
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2017
COMPOSITION DU COMITÉ UPIAV
PRIX & SOUTIENS UPIAV AUX JEUNES EN FORMATION
Publications et activités culturelles
De nos membres: SAFE HOST - GLAND
IMPRESSUM & CONTACT

Editorial
Bernard Krieg, Président UPIAV


L’assemblée générale de notre union patronale nous donne l’opportunité de dresser un éventail des activités que le comité mène au service de ses membres, d’en dresser un bilan et de partager nos réflexions quant à une vision pour l’avenir.

Il m’en est donné ici la possibilité après une première année de présidence. Celle-ci s’inscrit dans la continuité du cycle saisonnier, abordé dans le bulletin de décembre suivi du retour des couleurs verdoyantes de nos paysages de printemps. Le vert, cette couleur apaisante, rafraîchissante, voire même tonifiante dans la culture occidentale, est associé à l’espoir et à la chance. L’espoir qui nous habite tous dans nos réflexes quotidiens, professionnels ou privés, et la chance que nous avons de pratiquer nos professions dans ce monde dynamique, en renouvellement continu, à l’aube de la 4ème révolution industrielle. Chance qui rime également avec les risques qui vont de pair avec les nouvelles opportunités qui s’offrent à nous.

Convention collective de travail à force étendue (CCT)

Suite à la première phase de discussions, avec les différentes associations de la branche, nous sommes entrés dans une nouvelle phase de finalisation avec le syndicat UNIA, pour aboutir à une validation commune des termes financiers.

Les réalités du marché et les études de benchmarking à ce sujet, nous amènent, à regret, à soumettre des salaires d’entrée dans les professions d’architecte inférieurs aux salaires d’ingénieurs.
Le comité a longuement débattu à ce sujet pour aboutir à une conviction, celle d’une réalité économique, qui nous est finalement apparue comme inéluctable. L’espoir et notre volonté consistent à ramener les salaires minimaux des architectes et des ingénieurs où l’écart est sensiblement réduit, comme c’est le cas dans notre convention collective actuelle.
Les exemples de marchés attribués aux conditions financières inacceptables pour nos professions font ressortir une volonté commune avec le syndicat de lutter contre ces pratiques. Une entrée en vigueur le 1er janvier 2018 parait désormais plus que jamais envisageable.

Marchés publics

Cette thématique passionnante et absorbante, sur laquelle nous revenons invariablement à chaque comité, reste liée à la substance de nos professions, soit l’acquisition de mandats à des prix cohérents et décents pour nos bureaux.

Nos contacts établis au-delà de la Suisse romande, notamment avec l’Alliance pour des Marchés Publics Progressistes (AMPP) et l’Union Suisse des Sociétés d’Ingénieurs Conseils (USIC), font clairement ressortir une inquiétude générale au niveau des pratiques tarifaires en vigueur sur certains marchés.

Si la problématique est unanimement reconnue, l’approche pour y remédier varie d’une région à l’autre. Ainsi par exemple, la Suisse allemande préfère axer les priorités sur le cadre légal de la confédération, avec la révision de la Loi fédérale sur les marchés publics, sans vouloir établir de conventions collectives cantonales qui sont considérées comme autant d’obstacles au commerce intérieur en variant d’un canton à l’autre.

En Suisse romande, latine, nous saluons ces efforts, mais nous axons également ceux-ci sur une approche cantonale avec les différentes conventions collectives.

Ces derniers mois nous ont montré que notre union patronale restait un interlocuteur reconnu, car nous avons insisté et saisi diverses opportunités pour faire entendre, avec succès, notre approche de la révision de la loi sur les marchés publics sur le plan fédéral. Révision qui offre de nouvelles perspectives d’améliorations que nous voulons saisir maintenant.

Comme pour la CCT, une première étape nous a amenés à établir des propositions communes dans le cadre de nos diverses entités. La seconde étape se déroulera au parlement fédéral et en commission, où nous devons amener, faire entendre et convaincre avec nos positions avant les débats de session.

Toujours du côté des marchés publics, nous sommes sur le point d’aboutir à la signature des statuts de l’Observatoire des marchés publics romands (OMPr).

Une nouvelle réjouissante, car il semble que l’Observatoire vaudois (OVMP), devenu romand, ait éveillé un intérêt en suisse alémanique. Rappelons également la signature de la Charte Ethique Vaudoise des marchés publics le 23 août 2016 au Musée Olympique de Lausanne.

Encore quelques chiffres de l’OVMP pour l’année écoulée avec 80 marchés publics analysés et les résultats suivants: Smiley vert 42 (52%), orange 31 (39%) et rouge 7 (9%).

Ce qui conduit aux commentaires suivants de l’OVMP : Le nombre de marchés est stable par rapport à l’année précédente. Un nombre exceptionnel de ceux-ci sont organisés par les CFF (+16) et le canton (+11), principalement dans le domaine des infrastructures, ce qui bénéficie surtout aux ingénieurs civils (+36%). Les marchés organisés par les communes et fondations sont, quant à eux, en nette diminution.

Communication

Nous poursuivons nos efforts pour maintenir notre présence et notre visibilité dans l’espace public.

Les rencontres avec les députés se poursuivent, de même que notre contact avec le groupe économique du Grand Conseil Vaudois, qui nous a permis de collaborer à la rédaction d’une interpellation au Conseil d’Etat au sujet de la baisse des honoraires dans nos professions la valorisation des bonnes pratiques des marchés publics de l’Etat de Vaud auprès de la Confédération à Berne.

Les rencontres avec les Conseillers d’Etat en compagnie des autres associations professionnelles demeurent des moments d’échanges privilégiés pour établir le dialogue avec les autorités et entendre leurs demandes et attentes à notre égard, tout en leur faisant part des sujets qui nous préoccupent et qui sont entendus.

Révision de la Loi fédérale sur les marchés publics

Comme énoncé plus haut, un gros travail est également en cours avec la révision de la Loi fédérale sur les marchés publics à Berne, où nous intervenons par l’intermédiaire de l’AMPP et de l’USIC.

Après quelques hésitations nos craintes et remarques sont maintenant prises en considération. Ceci nous montre le rôle important qui nous incombe à l’UPIAV pour représenter une voix latine à Berne.

Des contacts vont également être pris avec des Conseillers Nationaux pour assurer de bons relais en commission au Parlement fédéral.

Nous nous devons de peser de tout notre poids dans cette révision, elle ne nous donne actuellement pas toutes les garanties pour l’évaluation correcte du prix des offres, ainsi que pour la mise en œuvre de notre CCT.

Points d’achoppement notable, la problématique du lieu d’exécution et du lieu de provenance, dont vous lirez un développement dans le rapport du Secrétaire Général.

Perspectives

Le défi de ces prochaines années sera de perpétuer, voire d’améliorer encore, l’excellence de l’art de construire de ce pays et de conserver tant la créativité que la qualité architecturale réputée au-delà de nos frontières.

Nous devons nous mobiliser pour que cette culture du bâti demeure intacte face aux différents dangers qui la menace, tels les marchés publics en lien avec une ouverture disproportionnée aux acteurs externes, ou encore la dévalorisation de nos prestations et donc de nos professions. Sans cela l’on risque à terme de faire disparaître des compétences voire nombre d’acteurs de la profession.

La rentabilité de nos structures doit être assurée dans le futur pour nous permettre de garantir nos missions et les échos qui font état de prestations délocalisées hors de nos frontières en toute légalité, vont à l’encontre de nos convictions.

Nous suivons également la tendance des rachats de bureaux de planificateurs par des entreprises actives dans le secteur énergétique, qui ne manque pas non plus de susciter des interrogations de notre part.

Building Information Modeling (BIM)

L’avènement du BIM dans nos métiers va nécessiter une grande flexibilité d’organisation dans nos structures afin de nous adapter à cette nouvelle approche.
Nous sommes d’avis que cette nouvelle méthode apportera une réelle plus-value à la branche et au MO, en saisissant peu à peu toutes les opportunités en lien avec la multitude d’informations qui sera contenue dans les maquettes BIM.
De nouveaux métiers se développeront certainement, et la planification va nécessiter une approche différente en lien avec certains jalons ou détails qui devront être traités en amont dans le projet.

Formation et promotion des métiers de notre secteur

Notre soutien à la formation de la relève est un signe fort que nous voulons préserver dans l’espace public.

Notre participation au Salon des métiers et la proposition de stages de qualité dans les bureaux de nos membres offrent une riche variété de professions au travers desquelles nous voulons éveiller l’intérêt des jeunes et leur donner l’envie de rejoindre notre branche.

Nous pensons que des stages réussis, qui chez le géomètre, l’architecte, l’ingénieur civil ou encore l’ingénieur en techniques du bâtiment doivent amener les jeunes à rejoindre notre filière et nous les encourageons vivement à travers nos messages à multiplier ces expériences de stagiaires.

Comité et secrétariat permanent

Toutes ces tâches ne seraient pas possibles sans le précieux concours et apport du comité, de notre secrétariat et de l’administration.

Toutes ces personnes qualifiées, dynamiques et enthousiastes nous motivent pour poursuivre notre mission à votre service. Qu’elles en soient ici sincèrement remerciées.

L’assemblée générale amène également du changement au sein du comité et Didier Chollet arrive à la fin de son engagement.

Merci Didier pour ton engagement, ton apport et les nombreux moments d’échanges enrichissants passés en ta compagnie au long de ces dernières années.


Retour au sommaire››

Rapport du secrétaire général, exercice 2016-2017
Philippe Vogel, Secrétaire général

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAV

Comme chaque année, l’Assemblée générale permet au secrétariat de l’UPIAV de dresser un bilan des activités qui furent celles de notre association et du Comité pendant les douze derniers mois. Activités nombreuses et absorbantes.

Extension de la Convention Collective de Travail

En ce qui concerne l’extension de la Convention Collective de Travail des bureaux d’ingénieurs et d’architectes vaudois, il y eut de nombreuses rencontres avec les associations d’architectes qui constituent l’InterAssar, travail qui a permis d’aboutir à la mise sur pied d’un texte accepté par toutes ces associations ainsi que par les ingénieurs.
La Convention Collective débouche sur des grilles de salaires qui ne sont pas les mêmes entre les bureaux d’architectes et d’ingénieurs.
Cette convention collective est entrée dans une phase finale de discussions entre nous-mêmes, soit toutes les associations d’architectes et d’ingénieurs, et le syndicat UNIA.
Nous avons bon espoir de déboucher sur une solution qui conduirait à une mise en place pour le 1er janvier 2018.
En tous les cas, nous sommes de plus en plus convaincus qu’une CCT à force étendue est la meilleure manière de lutter contre la baisse des prix dans le domaine notamment du génie civil dans le cadre des marchés publics.

Marchés Publics

Concernant les marchés publics, plusieurs sujets finissent par se regrouper dans le cadre d’une lutte contre les baisses de prix dans le domaine de l’ingénierie.
Nous sommes intervenus, au travers de l’AMPP (Alliance pour des Marchés Publics Progressistes) dans le cadre des travaux de révision de la Loi fédérale sur les marchés publics à Berne.
L’AMPP est pilotée essentiellement par l’USIC et il est évident que nous n’avons pas la même vision des conventions collectives et des contrats-cadre en fonction du côté de la Sarine où on évolue.
Nous avons surtout réagi en constatant que l’une des modifications proposées par ce projet était d’en venir au respect des conditions de travail du lieu de provenance du bureau au lieu des conditions du lieu d’exécution de la prestation comme actuellement.
Ceci pour les intervenants provenant de Suisse, étant donné que pour les étrangers la Loi sur les travailleurs détachés impose le lieu d’exécution.
Cette modification aboutirait à saboter les conventions collectives cantonales puisqu’on conçoit assez mal que les vaudois s’astreignent tout seuls à respecter une CCT que les autres ne devraient pas appliquer.
Cette idée va en outre à l’encontre de tout le système du Code des Obligations et de la Loi fédérale sur l’extension des CCT, qui imposent l’application de la CCT à force étendue à tous les intervenants actifs sur territoire vaudois.
Enfin, imaginez sur un même chantier, par hypothèse important, des intervenants étrangers, soumis à la CCT vaudoise du fait de la Loi fédérale sur les travailleurs détachés, des intervenants vaudois, également soumis à la CCT parce qu’ils sont vaudois, plus des genevois et des tessinois, soumis à leurs CCT respectives, des valaisans soumis à leur contrat-cadre, et tous les autres soumis à rien du tout car leurs cantons ne connaissent ni CCT ni contrat-cadre.
Ce serait le désordre absolu. Nous luttons là-contre, ce sont les conditions du lieu d’exécution qui font foi d’où qu’ils viennent.

Sous-traitance et délocalisation

Est liée aux réflexions concernant la CCT et les futures lois sur les marchés publics, toute la problématique qui a trait à la sous-traitance à l’étranger des prestations d’ingénieurs, respectivement à la délocalisation et aux filiales également à l’étranger.
Les opposants à la CCT ont toujours prétendu que celle-ci ne permet pas de résoudre cette question; à moins que le système légal, respectivement les CCT ne prévoient que ces dernières s’appliquent également aux sous-traitants de l’étranger, ainsi qu’aux filiales et aux délocalisés. Ce qui est en train de se faire au Tessin.
De toute évidence, un contrôle de l’application de la CCT à Milan est non envisageable. Mais ce qui est recherché est la mise à l’écart des offres qui englobent des prix ne permettant pas le paiement des salaires vaudois.
Le résultat est imparable, le Tessin doublant cette exigence d’une courbe de plausibilité du prix. Un bureau qui par hypothèse emporterait des marchés CFF à Fr. 62.68/heure évolue à environ Fr. 120.--/heure au Tessin.
Ajoutée à cela, toujours au Tessin, une récente modification législative qui réserverait les marchés publics nationaux (en-dessous du seuil international) aux entreprises et aux bureaux tessinois.
Tous les constats et critiques de ces derniers temps conduisent à la mise en place de telles solutions qui sont les seules à permettre de pérenniser en particulier nos bureaux d’ingénieurs qui sont actuellement le plus en péril.
En tous les cas, l’ouverture des frontières, Schengen, les accords OMP conduisent à un grand marché qui n’est pas soutenable pour nos intervenants du fait de l’écart au niveau des charges, salaires, etc, entre notre pays et ailleurs.
Soit on trouve des solutions avec une volonté politique de les mettre en place, soit on va au-devant de gros problèmes, avec des répercutions financières, sociales, fiscales que certains ont un peu de peine à imaginer, outre-Sarine.

Observatoire des marché publics

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVToujours en matière de marchés publics, cet exercice aura vu passer l’Observatoire des marchés publics du stade vaudois au niveau romand.
En effet, l’Observatoire des marchés publics romands (OMPr) est en train de se mettre en place. Il regroupe tous les cantons romands, y compris leurs parties suisses allemandes pour les districts germanophones de Fribourg, du Jura et du Valais moins Genève qui a déjà son Observatoire depuis plusieurs années.
En relevant que ce nouvel Observatoire a coupé le lien avec notre canton. Pour être plausible, il doit être au-dessus de chaque canton, puisqu’il ne serait pas acceptable par exemple qu’un valaisan doive accepter les critiques de vaudois…
Le secrétariat de l’Observatoire romand continuera dans l’immédiat à être assumé par la SIA-Vaud. Il sera dirigé par un comité composé d’un représentant de chaque canton.

Visite de chantier

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAV Au niveau des visites de chantier, l’exercice 2015-2016 aura permis d’aller voir le centre Aquatis à Epalinges, en particulier l’aquarium était en voie de construction, une ouverture était annoncée pour ce printemps, mais elle a apparemment dû être retardée.
Avec ses grands aquariums destinés à toutes sortes de poissons et autres crustacés, la visite fut spectaculaire et le résultat le sera aussi dès que ce centre aura pu s’ouvrir.

Relations entre associations professionnelles

Nous tenons à souligner les très bonnes relations entretenues avec les autres associations professionnelles concernées par nos métiers, soit celles qui constituent l’InterAssar et également la SIA et l’USIC pour ce qui concerne les ingénieurs.
En particulier avec la SIA-Vaud, la collaboration est devenue constante, les objectifs sont les mêmes.
Ce qu’on peut regretter tout de même, est le fait que les centres nationaux que sont la SIA centrale et l’USIC soient très peu sensibilisés, comme la grande majorité de notre pays outre-Sarine aux problèmes des CCT, ceci alors que même les CFF et l’OFROU demanderaient une CCT nationale pour structurer les coûts des bureaux.
Nous pensons qu’assez rapidement, va intervenir un changement à ce niveau étant donné qu’on n’aura plus aucun choix face à la pression engendrée par l’ouverture des frontières et des marchés publics.

Salon des métiers et de la formation

Nous mentionnons également le Salon des métiers auquel nous avons participé pour la cinquième fois avec les géomètres.
Philippe Vogel, secrétaire général UPIAV Fin 2017, notre stand se tiendra encore sous la même forme, mais ensuite, les géomètres vont nous quitter puisqu’ils souhaitent tenir leur propre stand.
Ce sera l’occasion de notre côté, d’une réflexion sur les modalités de la continuation de nos activités au sein de ce salon.
A l’heure où nous établissons le rapport, nous ne connaissons pas encore notre résultat comptable qui va lui du 1er janvier au 31 décembre 2016.
D’ici la tenue de l’Assemblée générale vous aurez reçu les comptes et nous pourrons vous donner alors les commentaires et explications usuelles.
Nous tenons à remercier tous les efforts consentis par ceux qui vouent leurs énergies au bon fonctionnement de l’UPIAV, soit notre informaticien Alexandre Pilloud, notre spécialiste relations publiques Cédric Jacot-Guillarmod, notre réviseuse de comptes Nathalie Grangier et nos vérificateurs fidèles Serge Thorimbert et Jean-Daniel Paschoud.
Nous remercions le Comité pour toute la confiance qu’il nous témoigne et nous félicitons Josette Schneider pour toute la ténacité au long des douze mois écoulés.


Retour au sommaire››

Dans la Presse

 

Deux articles récents parus dans le quotidien «24heures» font état des actions et de la position de l’UPIAV sur des sujets d’actualités concernant nos professions.

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAV

Le 8 mai 2017, sous la plume de Lise Bourgeois. “Les ingénieurs vaudois se fâchent tout rouge contre les CFF” porte principalement sur les attributions “au meilleur prix” de marchés publics par les organes constructeurs de la confédération, en l’occurrence les CFF. La problématique du critère “prix” appliqué comme indice prépondérant pour la sélection des mandataires, les disparités salariales et de conventions collectives entre cantons suisses ainsi que les pratiques de sous-traitance à l’étranger des entreprises de construction et d’ingénieurs y sont abordées.

Relevons que cet article fait suite à celui du 19 février 2016, également publié dans le «24heures», abordant le même sujet, mais pointant vers les pratiques de l’Office fédérale des routes (OFROU).”

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAV

Le 20 mai 2017, sous la plume de Patrick Monay “Péril sur les marchés publics romands” en relation avec la prochaine révision de la Loi fédérale réglant l’attribution des gros mandats.

En particulier sur la norme en vigueur imposant le respect des conditions de travail et salariales par rapport au lieu d’exécution. Cette condition serait remplacée par l’obligation de respect des conditions au lieu de provenance, c’est à dire au lieu du siège social de la société.

Quoique les entreprises étrangères resteraient soumises à la norme du lieu d’exécution, il est relevé que de nombreux cantons suisses ne disposent pas de Convention collective de travail.

Vous trouverez ces articles en ligne sur le site du journal (www.24heures.ch) ou en version imprimable sur celui de l’UPIAV.

Retour au sommaire››

Derniers sujets d'actualité

 

A la veille de s’absenter pour la bonne cause puisqu’il s’agit de notre voyage annuel UPIAV, le secrétaire général vous fait part des derniers sujets d’actualité avant notre assemblée générale du 15 juin 2017.

Chute des prix

Il est indiscutable que la principale préoccupation de l’UPIAV et des autres associations professionnelles tournent autour de l’abrupte baisse, et on peut parler d’une chute, du niveau des prix dans les appels d’offres concernant les ingénieurs.
Certes, nous vivons avec les marchés publics depuis une vingtaine d’années, mais le processus semble se précipiter depuis deux ou trois ans.
Le Blick d’il y a deux ans environ faisait état de marchés de l’Ofrou adjugés à une soixantaine de francs de l’heure, et nous avions fortement réagi au travers d’un «24heures» de l’époque.
Récemment, les CFF ont adjugé cinq marchés à un même bureau tessinois à Fr. 62.--/heure. Là aussi, nous avons fortement réagi et il y a eu un article dans «24heures».
Nous venons d’apprendre que l’Ofrou a adjugé un mandat concernant des études d’environnement et de bruit sur deux projets à Genève, à Fr. 48.--/heure. Nous attendons de plus amples détails sur ce nouveau dossier.

Réforme de la Loi fédérale sur les marchés publics

Liés à cette problématique, il y a également les travaux en cours concernant la réforme de la Loi fédérale sur les marchés publics, qui nous ont conduits à des démarches auprès de nos parlementaires dans le but d’introduire des dispositions susceptibles de lutter contre cette dégringolade des honoraires d’ingénieurs qui va finir par mettre en péril la pérennité de certains bureaux.
Nos contacts sont également continus avec l’Usic qui a ses entrées à Berne toujours dans le même cadre. Certes, on a toujours eu des doutes concernant la sensibilité des milieux politiques vis-à-vis des honoraires d’architectes et d’ingénieurs, la réponse du politicien communal moyen étant généralement « c’est trop cher, mettez-les en concurrence ».
CFF et Ofrou
Mais là, vis-à-vis des CFF et de l’Ofrou, cela commence à réagir fortement et plutôt dans le bon sens. Ce qui n’empêche pas l’Ofrou d’adjuger à Fr. 48.--/heure.
Nous pensons qu’on est maintenant devant le problème de base des marchés publics, qu’on lie à l’ouverture des frontières ainsi qu’au niveau de notre économie locale, qui doit être plus ou moins deux fois plus chère (charges, salaires) qu’à l’étranger.
Les réponses définitives et validables devant les instances judiciaires sont délicates à formuler définitivement. Mais il semble de plus en plus évident que quand un bateau s’enfonce, il faut « boucher le trou ». Et c’est au niveau de la sous-traitance à l’étranger, des filiales et des délocalisés qu’il faut, on se répète « boucher le trou ».
Et, à l’usage, devant cette question, il faut d’abord une volonté politique d’agir, à ce niveau, on n’est pas convaincus du tout en ce qui concerne ceux qui guident les CFF et l’Ofrou.
Il faut ensuite croiser les moyens les plus efficaces, soit les CCT à force étendue couvrant également la sous-traitance dans les appels d’offres et une courbe de plausibilité du facteur prix.

L’initiative Tessinoise
Les Tessinois sont allés encore beaucoup plus loin en réservant les marchés sous les seuils internationaux aux bureaux locaux.
Cela ne semble pas possible avec les marchés CFF et Ofrou, beaucoup trop importants. Ce sont nos principaux investisseurs et constructeurs dans les années qui viennent sur l’arc romand.
On ne peut que déplorer que certains aient trouvé moyen d’essayer d’introduire dans la Loi fédérale sur les marchés publics des dispositions propres à saboter ce qui précède notamment au niveau des conventions collectives (lieu de provenance à la place du lieu d’exécution).
Les Tessinois en sont arrivés à des mesures telles celles décrites ci-dessus dans des circonstances où des bureaux d’ingénieurs locaux ne parvenaient plus à engager des employés, cela n’intéressait plus personne.
La première démarche réalisée a été la mise sur pied d’une convention collective avec force étendue et appliquée aux sous-traitants dans les marchés publics.

Convention collective avec force étendue

On rejoint ainsi notre autre principal travail qui est la finalisation de la convention collective avec force étendue.
On ne peut que constater que tout est finalement lié, l’objectif étant d’amener l’Ofrou et les CFF notamment à respecter la Loi, soit les conventions collectives cantonales et étendues qui s’appliqueront à tous les intervenants actifs dans le canton.
S’il faut déposer un ou deux recours pour faire passer le message, cela ne nous pose pas de gigantesques problèmes, on l’a déjà fait par le passé en relevant que l’UPIAV a toujours été ouverte aux discussions et nos recours ont généralement débouché sur un accord et un retrait.
A relever quand même qu’au niveau cantonal et vaudois, il y a une grande attention à réellement privilégier la qualité plutôt que le prix. On ne rencontre pas du tout les mêmes problèmes à Lausanne, le discours des instances politiques est clair et il est appliqué.
Contrairement à Berne, avec un discours des CFF et de l’Ofrou également clair, mais en réalité on débouche sur des adjudications à n’importe quel prix !
Usuellement, les architectes font plus de bruit que les ingénieurs, mais actuellement, ce sont nos bureaux d’ingénieurs qui sont notre principal souci.
Ce qui n’empêche pas les architectes et les ingénieurs de travailler dans le même sens, et on est parvenus à un accord accepté par tous concernant notre future convention collective.
Nous attendons la prise de position finale de l’UNIA, mais nous pensons que nous sommes tout près d’une solution qui pourrait se mettre en place début 2018.
L’exercice 2017 risque quand même d’être celui où on aura abouti concernant les modifications de la Loi fédérale sur les marchés publics, la convention collective et l’Observatoire des Marchés Publics romands.

Voyage UPIAV

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVVoilà nos principaux soucis, comme déjà indiqué à la veille de notre voyage annuel.
C’est évidemment beaucoup moins important de ce qui précède, mais c’est quand même l’occasion de nouer des liens et de partager de mémorables expériences.

Changement de format
Pour l’année prochaine, le secrétariat envisage un voyage de plus courte durée permettant davantage de participants.

L’une des destinations envisagées serait Hambourg avec une visite technique de l’Opéra, un concert pour ceux qui le souhaitent et deux, trois sites de la région à visiter.
De toute manière, les inscriptions ne partiront pas avant cet automne.

D’ici là, nous nous réjouissons de tous vous rencontrer à l’occasion de notre assemblée générale.

Retour au sommaire››

Visite des lieux de pouvoir vaudois

 

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVSelon la terminologie utilisée par MM. Verdon et Golay, du Sipal, qui ont guidé notre visite, nous avons donc pu faire le tour des principaux Lieux de pouvoirs vaudois, soit le Parlement et le Château, lors de notre visite de chantier du 19 mai 2017, à laquelle assistaient une soixantaine de délégués de nos bureaux Upiav.

Remarquable chiffre, bien supérieur à ce que nous enregistrons usuellement, c’est la démonstration de tout l’intérêt de cette visite.

Assistaient également, comme guides, M. Danilo Mondada, l’un des architectes en charge du chantier du Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVChâteau Saint-Maire, et un représentant du bureau d’architectes Cube, qui s’est occupé du Parlement.

Evidemment, le parcours du bâtiment du Parlement a été plus que difficile pendant les quinze dernières années.

Cela a commencé par un incendie généralisé, qui a mis à néant l’essentiel de l’objet, sauf un antique poêle trop solide pour brûler et les portes d’entrée en bois qui étaient retirées à l’époque de cet incendie.
Ensuite, tout une procédure de concours compliquée, une menace de référendum qui a débouché sur un réaménagement de la toiture. Mais le résultat, pratiquement terminé (il reste une façade extérieure à finaliser), est quand même spectaculairement beau.

On ne sait pas si les députés arrivent à travailler correctement tellement la vue sur la cité est spectaculaire et magnifique.

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVToute la salle du Parlement est recouverte de bois clair, on a intégré d’anciennes constructions avec les parties modernes.

Le résultat est véritablement très très beau, inutile de couper les cheveux en quatre, notre Parlement vaudois s’est vu doter d’un magnifique outil, au moins pour les 100 ans qui viennent.

On parle d’une période de 100 ans, étant donné que c’est la durée de vie du Château avant rénovation, en d’autres termes, on le rénove tous les 100 ans.

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVCette seconde visite a permis de constater que ce chantier est compliqué, spectaculaire, avec un bâtiment qui ne date pas d’aujourd’hui, bien évidemment. On y découvre des fresques magnifiques, partiellement retrouvées pendant les dernières années.

Cette rénovation a pour objectif de préserver tous les éléments historiques tels qu’ils existent, les travaux doivent toujours être réversibles pour qu’on puisse revenir à un état antérieur dans 100 ans.
Evidemment, l’état du Château est moins fini que le bâtiment du Parlement, c’est un chantier qui va se terminer dans environ une année.

Mais nous sommes certains que le moment venu, les Lausannois et Vaudois seront tout autant épatés par le Château que par le bâtiment du Parlement.

Philippe Vogel, secrétaire général UPIAVNous profitons de remercier encore très vivement les délégués du Sipal et les mandataires qui nous ont accompagnés et guidés lors de ces plus qu’intéressantes visites.

On a pu encore discuter de tout cela lors d’un apéritif, dans la buvette du Parlement, normalement pas ouverte au public, sauf pour nous.

Merci à l’Etat de Vaud de nous avoir permis de profiter de tout cela.

Philippe Vogel, Secrétaire général

 

Retour au sommaire››

Visites de chantier

Appel aux membres - Nous incitons tous nos membres à partager leurs expériences en faisant visiter leurs chantiers ou constructions récentes.
Le secrétartiat de l’UPIAV se tient à votre disposition pour seconder les bureaux intéressés dans l’organisation d’une visite.

Prochaine visite: Nant de Drance - 7 juin 2017
Plus de 400 ouvriers, près de dix ans de chantier sous terre et à grande altitude, 17 km de galeries creusées, 1,7 million de m³ de roche excavée. Le chantier donnera naissance à l’une des centrales de pompage-turbinage les plus puissantes d’Europe. Avec ses 900 MW, elle produira environ 2,5 milliards de kWh par année. Sa mise en service sera progressive dès 2018.

La visite est organisée par le bureau BG ingénieurs conseils.

Retour au sommaire››

46ème Assemblée Générale UPIAV

JEUDI 15 JUIN 2017
Fondation de l’Hermitage à Lausanne

L'assemblée débutera à 17h00 dans l’Auditorium de la Fondation de l'Hermitage, situé dans la ferme attenante au restaurant de l’Esquisse.

Ordre du jour:

  • Commentaires et approbation du procès-verbal du 5 juillet 2016
  • Rapport du Président
  • Rapport du Secrétaire général
  • Présentation des comptes 2016
  • Rapport des vérificateurs des comptes
  • Approbation des comptes 2016
  • Présentation du budget 2017
  • Election au Comité
  • Etat des travaux concernant la CCT, l’Observatoire et les marchés publics
  • Divers

Programme:

  • Partie statutaire
  • Visite commentée privée de l’exposition “ Chefs-d’oeuvre de la collection Bührle”
  • Apéritif
  • Repas au Restaurant “l’Esquisse”

Inscription:

Délai 8 juin 2017. Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire en ligne sur www.upiav.ch ou, par e-mail info@upiav.ch en téléchargeant et remplissant le formulaire d’inscription (pdf) se trouvant également sur www.upiav.ch

 

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE LA CAFIAV

L’Assemblée générale de la CAFIAV se déroulera dès 16h au Restaurant L’Esquisse, Rte du Signal 2 à Lausanne, à deux pas de l’Hermitage.

 

Illustrations:
Fondation de l’Hermitage, Lausanne © photo François Bertin
- Affiche courtesy Fondation de l'Hermitage


Retour au sommaire››

COMPOSITION DU COMITÉ 2016 - 2017

 

Président:

Bernard KRIEG, Ingénieur

Vice-Présidents:

Manuel PEREZ, Architecte
François POLLIEN, Ingénieur

Membres du comité:

Didier CHOLLET, Architecte
Lauro LEPORI, Architecte
Jean-François LOUP, Architecte
Stéphane MENERAT, Ingénieur
Sébastien NENDAZ, Ingénieur
Fabian ROZEMBERG, Ingénieur
Magali ZUERCHER, Architecte & Urbaniste

Selon l’article 7 des statuts: «Le comité se compose du président et de six membres au moins, élus pour deux ans par l’assemblée générale et rééligibles deux fois, si possible à raison d’un ou deux membres par an. Le président peut rester deux années supplémentaires»

Les membres élus une année impaire sont soumis à réélection, c’est le cas pour Lauro Lepori qui accepte une réélection.

Didier Chollet, arrivé au terme de son mandat, le comité propose à sa succession Jean-Thomas Vovesny du bureau Chollet -Torres architectes SA à Lausanne.


Retour au sommaire››

PRIX UPIAV

L’UPIAV, par l’attribution de divers prix annuels encourage les étudiants de nos filières de formation.

L’association attribue trois prix récompensant des travaux universitaires de niveau Bachelor et Master, un prix destiné à la filière des techniciens ES, et deux prix pour les apprentis dessinateurs orientation architecture ou génie civil.

Ingénierie Génie Civil - EPFL Faculté ENAC

Meilleure moyenne des branches pratiques de 4ème année

Architecture - EPFL Faculté ENAC

Travail lauréat de l’atelier de deuxième année de la section d’architecture

Section Géomatique - HEIG-VD Yverdon

Travail de bachelor lauréat, section géomatique

Technicien ES - CEPM Morges

Travail de diplôme méritant pour chacune des spécialisations de la filière

Apprenti dessinateur - CEPM Morges

Apprenti méritant sur proposition du maître d’apprentissage et choix du comité UPIAV

Travail lauréat cours inter-entreprise de dessin 3ème année, orientation génie-civil

Deux prix supplémentaires concernant les filières de dessinateurs orientation CVSE et architecture seront attribués. Les modalités d'attribution sont encore en cours de discussion.

Retour au sommaire››

Apprentissage de dessinateur, Prix et soutiens

 

Prix UPIAV pour apprenti dessinateur méritant

Lors de l’assemblée générale du 15 juin trois prix seront remis aux apprentis suivant :

Angelo Ribeiro, BG ingénieurs conseils SA

Stéphanie Leyvraz, Bureau d’ingénieurs civils Daniel Willi SA

Francisco Amaral, Pierre Cl. & Eric Thévenaz Architectes SA

Soutiens aux bureaux engageant des apprentis

Pour la période 2016-2017 douze bureaux ont pu bénéficier d’un subside de Chf 500.00 à l’engagement d’un nouvel apprenti. Cette mesure d’encouragement sera reconduite pour la période 2017-2018


Retour au sommaire››

Visites & activités culturelles

 

MuDA Zurich - Gramazio Kohler 1er avril - 16 juillet 2017

Les architectes Fabio Gramazio et Matthias Kohler combinent la physique de l’architecture construite avec la logique numérique. Ils ne conçoivent pas les structures physiques uniquement en dessinant, mais conçoivent des relations spatiales et des comportements contextuels à travers la programmation.

Museum of Digital Art - Pfingstweid St 101 Zurich


Arkitekturforum Zurich - Angelo Mangiarotti. La tettonica dell’assemblaggio 1er juin - 14 juillet 2017

Une exposition de l’Académie d’architecture de l’Université de la Suisse italienne, curateurs Franz Graf et Francesca Alban.
L’exposition, organisée par Franz Graf et Francesca Albani, est dédiée à l’œuvre d’Angelo Mangiarotti, designer, architecte et sculpteur de Milan. L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par l’Académie Mendrisio Presse / Silvana Editoriale avec des essais par les conservateurs de l’exposition, Mario Botta, Thomas Herzog, Kinue Horikawa et Anna Mangiarotti.

Architekturforum Zürich - Bauerstrasse 16 - Zürich


S AM Musée Suisse d’Architecture IN LAND AUS LAND. SWISS ARCHITECTS ABROAD 1er juillet - 12 novembre 2017

Les carnets de commandes des architectes en Suisse sont pleins comme nulle part ailleurs. Malgré cela - ou pour cette raison - ceux qui osent franchir la frontière sont de plus en plus nombreux. Un choix d’exemples de projets construits ou non construits racontent les transferts de savoir, échanges culturels, aides au développement et pertes de contrôle.

S AM Musée Suisse d’Architecture -Steinenberg- 4051 Basel. (Illustrations: EM2N, Zwei Villen, Ordos, 2015 Simon Menges, 2015)


Visites du tunnel de base du Ceneri Infopoint Sigirino

Plusieurs visites publiques sont organisées par Alptransit, notamment Visite du tunnel de base du Ceneri, env. 3 heures.Visite du chantier extérieur Sigirino du tunnel de base du Ceneri, env. 2 heures. Toutes au départ de l’infopoint Sigirino

Renseignements complémentaires sur https://www.alptransit.ch/fr/visites/

Retour au sommaire››

Par nos membres: SAFE HOST, Gland

Le complexe Safe Host va devenir le plus grand Data center de Suisse avec 14’400 m2 destinés au stockage de données, une puissance électrique de 40 MVA et une production de froid de 28 MW.
La visite a été rendue possible et organisée par le bureau Weinmann Energies et l econcours de l'entreprise Alvazzi group.

L'article est disponible en téléchargement EN VERSION PDF >>

 

Retour au sommaire››

Impressum

Bulletin d’informations bimestriel édité par l’Union patronale des ingénieurs
et architectes vaudois.

img2

Rédaction

Bernard Krieg, Président.
Philippe Vogel, Secrétaire général.

Alexandre Pilloud, rédacteur

Rédaction, coordination et secrétariat : Josette Schneider

 

Edition & publication:
Alexandre Pilloud
apilloud@no3web.info

img3

Contact

Secrétariat permanent : rue Beau-Séjour 16
1003 Lausanne

tél. 021-323 06 26
fax 021-320 55 59

info@upiav.ch www.upiav.ch

img4

Crédits

Photographiques: Sauf mention expresse Studio No³ Vevey

Article "par nos membres: textes & images Studio No³ - Vevey

Article "Visites de chantiers: Parlement, textes et images Philippe Vogel

Article "visite de chantier, Nant de Drance: images fournie par BG ingénieurs"

Icones: The noun project: camera Timur Carpeev, blocnotes iconoci.

img5

S'abonner

Pour vous inscrire sur la liste de distribution du bulletin d'informations de l'UPIAV suivez ce lien››

Se désabonner

Si vous ne souhaitez plus recevoir le bulletin d'informations de l'UPIAV suivez ce lien››

Les membre UPIAV reçoivent d'office le bulletin d'information.


Tout droit de reproduction réservés © 2017 UPIAV Union Patronale des Ingénieurs et Architectes Vaudois - Rue Beau Séjour 16 - 1003 Lausanne - www.upiav.ch